lundi 23 juillet 2012

Festival d'Avignon... mes coups de coeur !



J'ai eu la chance de pouvoir passer quelques jours en Avignon à l'occasion du Festival. 
Voici les pièces du Off qui m'ont marquée.

CÔTÉ THÉÂTRE

J'ai vu :
Un texte écrit et interprété par Bernard Crombey, d’après Le Ravisseur de Paul Savatier.
On est d'abord saisi par l'accent (picard), le débit du comédien. On suspend sa respiration pour ne pas perdre un mot... et au fil de la pièce, on est tenu en haleine par l'histoire qui se déroule, implacable, si triste et si belle à la fois. On ne respire qu'une fois la pièce terminée et c'est un soupir lourd et libérateur à la fois.
A voir absolument !
De Dario Fo et Franca Rame.
30 jeunes artistes italiens nous entraînent au son d'une fanfare très simple dans un tourbillon de gromelot, italien, frangliche, vénitien, lombard... au coeur d'histoires drôles, cocasses ou poignantes. Un petit bijou de fraîcheur servi avec maestria par ces jeunes interprètes. On est au coeur de la commedia dell'arte et du théâtre de Dario Fo. 
A voir de toute urgence !

De Bertold Brecht.
Une mise en scène rock ébouriffante sert brillamment la modernité du propos. Ou l'homme de science est un homme avant tout, avec ses imperfections, ses petites mesquineries mais surtout, cette volonté infaillible de transmettre aux gens du peuple la vérité scientifique, la réalité du monde tel qu'il se présente sous sa lunette d'astronome.
Un grand moment de théâtre. A voir, vite !
Le texte de Beaumarchais, la musique de Mozart, une salle magnifique (le Petit Louvre).
Les comédiens sont vivants, virevoltants, Figaro est irrrrésistible, la mise en scène est intelligente et inspirée et on apprécie de voir les musiciens sur un côté de la scène, jouer en direct une partition choisie avec soin.
Un petit bijou, à voir également !


Je n'ai pas vu mais on m'a conseillé :

de Joël Jouanneau.
Une très belle pièce sur les retrouvailles d'une mère et de son enfant perdu.

Plus d'hommes dans le village. Tous sont partis à la guerre et ont été tués. Comment continuer à vivre, à faire des enfants ? Le premier qui passera par là devra les ensemencer toutes.


J'aurais aimé voir : 

Pourquoi j'ai mangé mon père
d'après le livre de Roy Lewis.
L'époque : la préhistoire. Les personnages : une famille aux prises avec les difficultés quotidiennes (chasse, dépeçage des animaux, besoin d'un abri... découverte du feu). Un seul comédien pour incarner tous les personnages. Le texte : une merveille d'humour décalé et d'humanité. J'avais beaucoup apprécié le livre.
Ce sera pour une prochaine fois peut-être, car le théâtre affichait complet plusieurs jours à l'avance...
 
CÔTÉ DANSE

J'ai vu :

A la Condition des soies. Les silhouettes féminines encapuchonnées, pratiquement anonymes, se croisent, se frôlent, se découvrent. Jeux d'ombres et de lumières, répétition de la phrase chorégraphique, rythmes et orientations... tout concourt à construire un univers. Décalages, unissons, on est happés par le mouvement.


On m'a conseillé :

La chorégraphe met en scène les danseurs kanaks de Nouvelle-Calédonie. 
Une pièce qui surprend et nous remet en question.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vous voulez discuter, échanger, donner votre point de vue ?
N'hésitez pas, vous êtes les bienvenus !